Accueil, grossesse

ALLAITEMENT :Les besoins nutritionnels du nourrisson de la naissance à 6 mois

Avant l’âge de 6 mois, les besoins nutritionnels d’un bébé sont de préférence satisfaits par l’allaitement ou par des préparations pour nourrissons. L’alimentation solide n’offre aucun avantage avant cet âge mais elle peut être introduite avant 6 mois si nécessaire. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’allaitement est la meilleure nutrition à offrir aux nourrissons dès la naissance. L’OMS en fait une recommandation globale de santé publique. C’est un aliment incomparable qui réunit tous les besoins du nourrisson. L’allaitement maternel exclusif est recommandé pendant les six premiers mois et dès la naissance du nourrisson sauf en cas de problèmes médicaux très rares.

L’allaitement maternel exclusif signifie que le bébé ne reçoit rien d’autre que le lait maternel, pas d’aliments complémentaires et pas de liquides, pas même d’eau. De plus, l’allaitement maternel exclusif peut être accompagné de suppléments vitaminiques et minéraux et / ou d’une solution de réhydratation orale au besoin.

Avantages de l’allaitement maternel

  • Il fournit les quantités adéquates et facilement absorbables de nutriments dont le nourrisson a besoin
  • La digestion du lait maternel par le nourrisson est rapide et facile
  • La composition du lait maternel s’ajuste en fonction du nombre d’allaitements et de la maturation du nourrisson
  • Il contient des molécules bioactives comme les immunoglobulines anti-infectieuses et les globules blancs
  • Le lait maternel contient des substances qui favorisent la maturation du système digestif du nourrisson
  • Il est associé à un meilleur développement cognitif
  • Il semble protéger contre les infections gastro-intestinales, les infections aiguës de l’oreille moyenne, les infections des voies respiratoires et le syndrome de mort subite du nourrisson
  • Il semble offrir une protection continue contre les infections et les maladies gastro-intestinales ainsi que contre les infections des voies respiratoires.
  • Il pourrait protéger contre l’apparition de l’obésité plus tard dans la vie.

Composants du lait maternel

Si vous décidez de ne pas allaiter, le deuxième choix est de donner une préparation pour nourrissons adaptée au premier âge. De nombreuses formules existent: aux protéines hydrolysées, à base de protéines de soja (soja), enrichies en oméga-3, probiotiques, etc.

Si votre bébé né à terme est en bonne santé et qu’il n’y a pas d’allergie au lait de vache dans la famille, la plupart des préparations commerciales à base de protéines de lait de vache conviennent. Ceux-ci représentent la norme alimentaire reconnue. Jusqu’à l’âge de 9 à 12 mois, les préparations pour nourrissons offertes à l’enfant non allaité devraient être enrichies en fer selon la Société canadienne de pédiatrie, les diététistes du Canada et Santé Canada. Attention, les laits dits «de transition» ne conviennent pas aux enfants de 6 mois et moins.

VITAMINE D

Les bébés allaités doivent absolument recevoir un supplément de vitamine D car le lait maternel n’en contient pas assez. Il existe des cas de carence en vitamine D chez les nourrissons et les conséquences sont graves. Le rachitisme est l’une des conséquences d’une carence. Elle se caractérise par une minéralisation osseuse insuffisante qui entraîne une déformation osseuse. L’une des causes de la carence en vitamine D dans le lait maternel est la faiblesse des réserves de vitamine D chez la mère. Pour éviter cela, les enfants qui sont allaités exclusivement ou partiellement jusqu’à l’âge d’un an devraient recevoir 10 µg (400 UI) de vitamine D par jour. La recommandation en vitamine D a été basée en tenant compte d’une exposition solaire minimale avant 1 an (le soleil stimule la formation de vitamine D dans la peau).

Protéines

La teneur en protéines du lait maternel est nettement inférieure à celle des autres mammifères avec des protéines en quantité de 8 à 12 g / litre. Mais les protéines du lait maternel sont mieux assimilées et les acides aminés présents correspondent parfaitement aux besoins du bébé. Riche en protéines solubles et en caséines, la vidange gastrique est favorisée et le lait maternel est facilement digéré. Parmi les protéines présentes, on retrouve des immunoglobulines qui jouent un rôle de protection immunitaire, mais aussi des facteurs de croissance et des enzymes.

Glucides

Dans l’ensemble, le lait des femelles matures contient 75 g / litre de glucides, dont 63 g de lactose et 12 g d’oligosaccharides, tandis que le lait de vache ne contient que du lactose.

Les 130 oligosaccharides présents constituent une spécificité majeure du lait maternel en agissant comme de véritables prébiotiques qui participent à la mise en place de l’écosystème bactérien dans le côlon du bébé. Le lait maternel constitue ainsi une véritable protection contre les infections digestives, mais aussi extra-digestives.

Lipides

La teneur en lipides (35 g / litre en moyenne) du lait maternel est proche de celle du lait de vache, mais leur digestibilité et leur coefficient d’absorption sont beaucoup plus élevés.

Le lait de femme est également significativement plus riche en cholestérol (2,6 à 3,9 mM / litre contre 0,3 à 0,85 mM / litre pour le lait de vache), ce qui, pour le nourrisson, est un véritable atout. Le cholestérol joue en effet un rôle important dans la constitution des membranes et le développement cérébral mais est aussi un précurseur hormonal.

Vitamines, oligo-éléments et sels minéraux

Les sels minéraux, la vitamine D et les oligo-éléments (2 g / litre) du lait maternel jouent un rôle essentiel dans la constitution du squelette et la croissance osseuse. Leur quantité est spécifiquement adaptée aux possibilités d’élimination rénale du bébé dont les organes (reins) ne sont pas encore matures.

Le lait maternel contient du calcium, du chlore, du cuivre, du fer, de l’iode, du magnésium, du manganèse, du phosphore, du potassium, du sélénium, du sodium, du soufre, du zinc mais aussi une multitude de vitamines: A, B1, B2, PP, B5, B6, B8, B9 , B12, C, D, E, K.

Les concentrations de fer, bien qu’étant très faibles, ont une excellente biodisponibilité. Cependant, cela ne suffira pas si l’allaitement maternel exclusif est prolongé au-delà de six mois. Une diversification alimentaire ou une supplémentation en fer doit alors être mise en œuvre.

Une supplémentation en vitamine K est également nécessaire dès la naissance et pendant toute la durée de l’allaitement maternel exclusif pour éviter un risque de saignement, bien que rare mais existant.

Enzymes, hormones et bactéries

Le lait maternel contient des enzymes qui permettent, entre autres, une meilleure digestion des graisses (lipase) et du lactose (lactase) mais aussi de protéger le bébé contre certaines bactéries (lysozyme). De plus, certaines hormones contenues dans le lait favorisent la croissance et le développement des organes sexuels.

Le lait maternel est également riche en diverses espèces bactériennes qui constituent un véritable microbiote intestinal visant à protéger les intestins du bébé d’éventuelles infections digestives.

Croissance du bébé

Il est très important de surveiller la croissance de votre enfant afin d’évaluer sa santé et son état nutritionnel. L’analyse des courbes de croissance est généralement effectuée par le médecin ou le pédiatre de l’enfant. Au Canada, il est recommandé d’utiliser les courbes de croissance de l’OMS pour le Canada.

Même si votre bébé boit suffisamment, il peut perdre 5 à 10% de son poids au cours de la première semaine de vie. C’est vers le quatrième jour qu’ils recommencent à prendre du poids. Un bébé qui boit suffisamment reprendra du poids à la naissance environ 10 à 14 jours de vie. Le gain de poids par semaine jusqu’à trois mois est compris entre 170 et 280g.

Signes que le bébé boit suffisamment

Il prend du poids

Il semble satisfait après avoir bu

Il urine et a des selles adéquates

Il se réveille seul quand il a faim

Boit bien et souvent (8 fois ou plus par 24 heures pour le bébé allaité et 6 fois ou plus par 24 heures pour le bébé non allaité).

Poussées de croissance infantile

Avant six mois, le bébé connaît des poussées de croissance importantes qui se manifestent par un besoin de boire de plus en plus souvent. Ses poussées de croissance durent généralement quelques jours et apparaissent autour de 7 à 10 jours de vie, de 3 à 6 semaines et de 3 à 4 mois.

L’eau

Si votre bébé allaite exclusivement, il n’a pas besoin de boire de l’eau, sauf indication contraire de votre médecin. Dans ce cas, faites bouillir l’eau pendant au moins deux minutes avant de l’offrir à l’enfant. Les tisanes et autres boissons ne sont pas recommandées pour les enfants de six mois et moins.

Les bienfaits du lait maternel pour le nourrisson

L’allaitement, en plus de répondre aux besoins nutritionnels très spécifiques du bébé, permet un contact peau à peau qui répond étroitement aux besoins du bébé en matière de chaleur, de confort et de sécurité.

Ce contact intime et privilégié entre la mère et l’enfant renforce leur lien d’attachement, même si ce dernier est également très fort lorsque le bébé est nourri au biberon dans les bras de sa mère, bien sûr.

Au-delà de ces bénéfices sur le bien-être de l’enfant, l’allaitement a fait l’objet de nombreuses études scientifiques quant à ses effets sur la santé.

À court terme, les bébés allaités seraient:

Moins sujet au syndrome de mort subite du nourrisson.
Moins souvent touché par les infections. Leur risque d’infections gastro-intestinales – gastro-entérite et diarrhée, par exemple – est considérablement réduit par rapport aux bébés nourris au lait maternisé.
Plus protégé contre les risques d’infections des voies respiratoires supérieures – rhume, grippe. L’allaitement diminue également la fréquence des bronchiolites, des pneumonies et des otites.
Moins souvent touché par certaines maladies inflammatoires, telles que l’eczéma, le diabète de type 1, les maladies inflammatoires de l’intestin comme la maladie de Crohn. Cependant, pour l’asthme, les allergies alimentaires et le rhume des foins, l’effet protecteur est moins net.
Mieux encore, les bienfaits de l’allaitement dureraient jusqu’à l’âge adulte. Ainsi, les personnes qui ont été allaitées:

Serait moins sujet au surpoids, à l’obésité et au diabète de type 2.
Ils auraient une tension artérielle et un taux de cholestérol inférieurs à ceux des bébés nourris au biberon.
De plus, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), et de manière assez surprenante, les enfants allaités auraient de meilleurs résultats aux tests d’intelligence, probablement en raison d’une accélération du développement cognitif dans la petite enfance.

Et pour la maman ?

Au-delà des bénéfices pour l’enfant, l’OMS souligne les bénéfices de l’allaitement pour la mère:

En cas d’allaitement exclusif, il constitue une méthode de contraception naturelle (mais non infaillible!) (Effet contraceptif) en conduisant souvent à l’arrêt des règles: 98% de protection pendant les 6 mois suivant l’accouchement
Il réduit le risque de cancer du sein et de l’ovaire à un âge avancé
Il aide également les femmes à perdre du poids après l’accouchement et à retrouver leur poids d’avant grossesse plus rapidement, contribuant ainsi à lutter contre l’obésité.
Enfin, l’allaitement réduit le risque de transmission du virus du sida: une mère séropositive (qui peut transmettre l’infection à son enfant pendant la grossesse, l’accouchement et l’allaitement) est moins susceptible de lui transmettre le VIH. son bébé si elle prend un traitement antirétroviral en même temps que l’allaitement, selon l’OMS.

A quelle age on peut allaiter notre enfant ?

Décider d’allaiter ou non votre enfant est une affaire très personnelle: cela ne dépend que de vous et de votre conjoint. Le meilleur choix est donc celui que vous ferez avec amour pour le bien-être et le confort de votre enfant.

Cependant, en raison de ses vertus sur la santé du bébé, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l’UNICEF et le Programme National de Nutrition Santé (PNNS) recommandent l’allaitement maternel exclusif jusqu’aux 6 derniers mois du bébé. enfant. Bien entendu, l’allaitement peut se poursuivre au-delà si la diversification alimentaire est bien faite.

Mais même s’il est de courte durée, l’allaitement reste très bénéfique et largement encouragé par les professionnels de santé car le lait maternel reste un lait aux qualités irremplaçables et aux bienfaits uniques.

powerfullady

sage femme
coach de vie
coach sportive
championne de natation plusieurs fois

Vous pourriez également aimer...