Accueil, maman

Dépression post-partum, ou Baby blues ?

Définition

Affectant 10 à 20% des nouvelles mères, la dépression post-partum est loin d’être une maladie isolée. Il est cependant peu mentionné et peu connu. Mise à jour sur cette dépression pas comme les autres.

La dépression post-partum (ou PPD) est une dépression périnatale. Il comprend un ensemble de troubles de l’humeur (d’intensité variable selon la gravité des symptômes) survenant chez la femme après la naissance de son nouveau-né.

Il apparaît au cours de la première année de l’accouchement, souvent quelques semaines ou quelques mois après l’accouchement (contrairement au babyblues qui survient dans les premiers jours) et peut persister jusqu’à l’âge de deux ans. Le taux de dépression postnatale, cependant, est plus élevé trois mois après l’accouchement, puis diminue progressivement.

NB: la dépression prénatale fait également partie de la dépression périnatale. Comme la dépression post–partum, elle se caractérise par des troubles de l’humeur, mais contrairement à elle, survient avant l’accouchement.

Les symptômes

La dépression post-partum est associée dans le DSM-IV (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux) à la dépression. Les symptômes présentés sont les mêmes que ceux présentés lors d’un épisode dépressif majeur.

Parmi eux: humeur dépressive et perte d’intérêt pour les activités agréables, perte ou gain de poids, insomnie ou hypersomnie, hyperactivité ou ralentissement psychomoteur, fatigue ou manque d’énergie, sentiment d’inutilité ou de culpabilité excessive, difficulté à se concentrer, pensées de mort ou pensées suicidaires .

Dépression post partum ou babyblues ?

Le baby blues (ou «syndrome du troisième jour») se manifeste dans les premiers jours après l’accouchement. Elle est due à une baisse des hormones avec tous les changements physiologiques que cela entraîne tout en étant accentuée par la fragilité émotionnelle liée à la fatigue et au stress de l’accouchement.

Caractérisé par son état transitoire, tout revient à l’ordre au bout de quelques jours, voire semaines, pour la majorité des femmes touchées, soit près de 80%.

En revanche, si les symptômes persistent et nécessitent une prise en charge, il peut s’agir d’une dépression post-partum. Cela se caractérise par son état permanent et n’apparaît pas nécessairement immédiatement après l’accouchement.

les causes

La dépression post-partum peut s’expliquer par des causes physiologiques, comme le baby blues, mais elle est principalement liée au contexte émotionnel dans lequel évolue la mère.

Des sentiments de culpabilité, d’incompétence, un sentiment de perte d’identité ou de contrôle causé par des changements trop importants ou soudains dans la vie peuvent être à l’origine de la dépression post-partum.

pour l’article suivant cliquez ici

powerfullady

sage femme
coach de vie
coach sportive
championne de natation plusieurs fois

Vous pourriez également aimer...